Les copains d'abord.

 

IMG_5464

 

 

Chamalières-Beaumont 16 -  RCAV 10   Mi-temps (03-10)

Terrain d'honneur de Tarare en bon état

Temps pluvieux - Environ 40 spectateurs.

Pour le RCAV :

1 essai : Simon

1 transformations : Nils

1 pénalité : Nils

Pour Cham'Beau

1 essai, 1 transformation, 3 pénalités.

Les Orange n'iront pas à Orange pour disputer la finale du challenge Sud-Est. La lourde pluie redouble sur Tarare, elle cache nos larmes, pas nos têtes basses et nos corps meurtris. Derniers mots courts et apaisants des coaches aussi battus que nous. Dernière photographie de groupe pour sceller le dernier match de la saison, mais cette fois nos regards se veulent fuyants. On traverse le terrain annexe en grappe et en groupe. Toujours la pluie, elle étouffe d'avantage le silence pesant dans l'algéco qui nous sert de vestiaire. "Vas-y Amo balance le dernier cri de guerre !"  Tout le monde se lève d'un seul homme, pour crier, hurler, balancer les dernières munitions du cœur. Ça fait du bien, et ça soigne à peine du spleen de la défaite.

Et ce match alors ? 2 équipes jumelles sur les résultats. 2ème de poule qualificative en championnat de France, 2 défaites contre le 1er,  demi-finaliste des boucliers régionaux, et 1er de poule en challenge Sud-Est. Sur le papier le match équilibré par excellence. 1 mi-temps à notre avantage, 1 mi-temps en leur faveur. Un arbitrage pointilleux qui favorise l'attaque et pas le contre ruck héroïque. Une défense hors norme mais trop de fautes pour revenir et marquer sur nos temps forts. Tu as beau être bon et courageux, quand les munitions manquent tu as toujours moins de chance de toucher la cible. Pas de romantisme des statistiques.

Et puis l'héritage et la transmission reprennent leurs droits. On refait le match autour d'une collation, on refait le match et si... Mais les si ne changent pas les scores. Direction le bus, c'est notre dernier retour ensemble. Le répertoire des chants bat sa pleine mesure, les vannes à 2 balles, les trophées, un paquito improvisé, les arrêts d'urgence et la joie qui revient. Joie de se retrouver encore quelques instants parce que pour beaucoup d'entre nous se sont les dernières années juniors, les plus belles diront les anciens. Pour tous l'aventure continue. Ailleurs pour ceux que les études emmèneront plus loin, nouveau rugby universitaire, rugby à 7, rugby folklo, ou rugby des grandes villes. D'autres continueront au club, pour les plus jeunes toujours en juniors et pour les autres chez les grands, les seniors.

Et puis c'est sûr, quand vos vies vous séparerons et qu'un jour vous vous retrouverez, vous ouvrirez le grand livre du rugby, le grand livre de vos histoires, où ne restent que les souvenirs doux comme le miel, et sucrés comme des éclats de rire,  ceux où chaque samedi ou dimanche de ce jeu merveilleux, l'amateur éclairé devient l'égal du plus grand des internationaux, le gros et le petit tiennent tête à l'athlète et au grand. 

Pour ma part je vous dirais que j'ai pris beaucoup de plaisir à passer ces belles années avec vous. Que le coup de sifflet m'a ému aux larmes, plus pour la fin d'un chapitre que pour notre défaite. Qu'au contact de votre jeunesse j'aurais appris à vieillir moins con, comprenant ou pas vos attitudes, vos codes, vos bons mots.

Je vous dirais que parfois j'ai été plus fier de vous, pour le mot d'une bénévole me félicitant d'une table d'après match rendue propre, que de la victoire du jour. Je me souviendrais de chaque petite histoire, de chaque anecdote.

La décision de choisir un film dans le bus qui passe d’une initiative démocratique et participative à une décision unilatérale de type dictature éclairée. Le souk d’après match dans les tribunes du hand pour regarder jouer les jolies filles, les concours d'après match ou chaque équipe présente son champion, le très mauvais mousseux qu'Olivier retrouve bien en évidence dans la poubelle du vestiaire, "pu..... les mecs on a dit pas d'alcool",  les premiers discours d'avant match de Didier "tu vas voir, lui je vais le prendre à part, y va le faire son match", les exercices pète chaudière de Gaston " Y prépare quoi Gaston cette année ? La diagonale des fous, Aîe", les commentaires de José sur le monde arbitrale "des arcandiers je vous dit" ou encore de cette énorme générale de début de saison, quand m'est venu cet étrange sentiment de schizophrénie, qui mélangeait un père inquiet rassurant les parents venus voir le match "je vous assure ça arrive parfois mais c'est très rare", un dirigeant indigné faisant profil bas devant le délégué "je comprends pas ce qui a pu se passer, c'est inadmissible", et un ancien joueur amusé "c'est bien, personne ne s'est pas échappé".

Un dernier mot à tous, quant au mois de juillet on se demandait comment on allait construire l'équipe de cette saison et ces départs aussi inattendus que déroutants, beaucoup d'entre vous s'y sont collés sans attendre, sans subir et pour ne pas abandonner le navire se sont accrochés pour remonter une équipe de copains. Avec un pari commun, être là un mardi soir de septembre le jour J à l'heure H, et ça a marché, c'est votre plus belle victoire et finalement, on se dit que ça doit être ça le rugby.

Merci les garçons.

Bruno

 

DSC_0869

Ted : Etienne pour l'ensemble de son oeuvre.

Olivier : Protocole comotion pendant le match. A perdu la mémoire.